Epreuve de Maths Eventée – Communication Ratée

BAC 2011 – Série Scientifique – Epreuve de Mathématiques

Hier, premier jour de l’été et jour de ladite épreuve, une information secoue brusquement mes flux de veille, une des questions du sujet portant sur les probabilités auraient été diffusée la veille sur un des forums de JeuxVideo.com. Travaillant dans le monde de l’éducation, et m’occupant notamment de la partie évaluation électronique depuis quelques années, je décide d’enquêter un peu.

 

 

 

Dans un examen, il y a 2 parties importantes :

  • Le sujet.
  • La copie étudiante.

Les deux ont leur criticité et leurs contraintes.
Je n’aborderais pas la « copie étudiante » dans ce billet, car ce n’est pas le sujet, mais bel est bien le sujet, qui est le sujet de ce billet (aïe ma tête).

Que l’examen soit  électronique ou sur papier, le sujet est le point sensible.
Il doit être rédigé, vérifié, déployé sans être divulgué.
Le point critique est  évident, il faut être capable de multiplier le sujet source en autant de copie qu’il existe de candidats, de l’acheminer sur les centres d’examen,  de le stocker puis de l’amener jusqu’aux salles sans qu’une personne tierce ou mal intentionnée ne puisse y accéder.
Pour cela, fourgons blindés, plis sécurisés, agents de sécurité (Sur une version électronique, les risques ne sont pas réduits, ils sont simplement différents : traces dans les mails avec mot de passe faible ou intrusion informatique par exemple).

Dans le cas de l’épreuve de mathématiques d’hier, il semble clairement qu’une personne a eu accès au sujet intégral (fuite dans une des imprimeries nationale ?).
C’est donc le sujet intégral qui a été éventé.

Expliquez-moi pourquoi alors dans la précipitation, le ministère de l’Education annonce que seule la question sur 4 points sera annulée ?
Pourquoi  faire une telle communication alors que les épreuves ne sont pas terminées ?
Pourquoi ne pas annoncer simplement qu’une enquête était en cours, qui mènera surement au fait que toute l’épreuve doit être annulée  plus tôt que cette annonce faite dans la précipitation ?

Ce monde m’exaspère  … toujours plus vite… toujours plus de conneries … et résultat, les conséquences sont amplifiées et la source du problème n’en est pas  plus définie.
Cela me rappelle une phrase qui était dite aux jeunes arbitres quand ils officiaient pour la première fois en tant qu’arbitre-assistant : se hâter lentement.

Je reviendrais sur cette affaire dans quelques mois.

 

/EOF